18/05/2008

PAPES DE 33 A 2008

 PAPES DE 33 A 2008

 33-67 PIERRE

67-76 LIN

76-88 CLET ou ANACLET

88-97 CLEMENT Ier

97-105 EVARISTE

105-115 ALEXANDRE Ier

115-125 SIXTE Ier

125-136 TELESPHORE

136-140 HYGIN

140-155 PIE Ier

155-166 ANICET Ier

166-175 SOTER

175-189 ELEUTHERE

189-199 VICTOR Ier

199-217 ZEPHYRIN

217-222 CALIXTE Ier

222 URBAIN Ier

227-235 HIPPOLYTE (Antipape)

230 PONTIEN

235-236 ANTERE

236-251 FABIEN

251-253 CORNEILLE

251 NOVATIEN (Antipape)

253-254 LUCIUS Ier

254 ETIENNE Ier

257 SIXTE II

259-269 DENYS

269-275 FELIX Ier

275-283 EUTYCHIEN

283-296 CAIUS

296-308 MARCELLIN

308-309 MARCEL Ier

309-311 EUSEBE

311-314 MILTIADE

314-336 SYLVESTRE Ier

336-337 MARC

337-352 JULES Ier

352-366 LIBERE

355-365 FELIX II (Antipape)

366-384 DAMASE Ier

366-367 URSINUS (Antipape)

384-399 SIRICE

399-401 ANASTASE Ier

401-417 INNOCENT Ier

417 -418 ZOSIME

418-422 BONIFACE Ier

418-419 EULALIUS (Antipape)

422-432 CELESTIN Ier

432-440 SIXTE III

440-461 LEON Ier

461-468 HILAIRE

468-483 SIMPLICE

483-492 FELIX III

492-496 GELASE Ier

496-498 ANASTASE II

498-514 SYMMAQUE

498-505 LAURENTIUS (Antipape)

514-523 HORMISDAS

523-526 JEAN Ier

526-530 FELIX IV

530-533 BONIFACE II

530 DIOSCURE (Antipape)

533-535 JEAN II

535-536 AGAPET Ier

536-537 SILVERE

537-556 VIRGILE

556-561 PELAGE Ier

561-575 JEAN III

575-579 BENOIT Ier

579-590 PELAGE II

590-604 GREGOIRE Ier

604-607 SABINIEN

607-608 BONIFACE III

608-615 BONIFACE IV

615-619 DIEUDONNE Ier ou ADEODAT Ier

619-625 BONIFACE V

625-640 HONORIUS Ier

640-640 SEVERIN

640-642 JEAN IV

642-649 THEODORE Ier

649-654 MARTIN Ier

654-657 EUGENE Ier

657-672 VITALIEN

672-676 DIEUDONNE II ou ADEODAT II

676-678 DONUS

678-682 AGATHON

682-684 LEON II

684-685 BENOIT II

685-686 JEAN V

686-687 CONON

687 THEODORE (Antipape)

687-692 PASCHALIS (Antipape)

687-701 SERGE Ier

701-705 JEAN VI

705-708 JEAN VII

708-708 SISINNIUS

708-715 CONSTANTIN

715-731 GREGOIRE II

731-741 GREGOIRE III

741-752 ZACHARIE

752-757 ETIENNE II

757-768 PAUL Ier

767-768 CONSTANTIN II (Antipape)

768 PHILIPPE (Antipape)

768-772 ETIENNE III

772-795 ADRIEN Ier

795-816 LEON III

816-817 ETIENNE IV

817-824 PASCAL Ier

824-827 EUGENE II

827-827 VALENTIN

827-844 GREGOIRE IV

844-847 SERGE II

847-855 LEON IV

855-858 BENOIT III

855 ANASTASIUS (Antipape)

858-867 NICOLAS Ier le Grand

867-872 ADRIEN II

872-882 JEAN VIII

882-884 MARIN Ier

884-885 ADRIEN III

885-891 ETIENNE V

891-896 FORMOSE

896-896 BONIFACE VI

896-897 ETIENNE VI

897-897 ROMAIN

897-897 THEODORE II

898-900 JEAN IX

900-903 BENOIT IV

903-904 LEON V

903-904 CHRISTOPHORUS (Antipape)

904-911 SERGE III

911-913 ANASTASE III

913-914 LANDON

914-928 JEAN X

928-928 LEON VI

928-931 ETIENNE VII

931-936 JEAN XI

936-939 LEON VII

939-942 ETIENNE VIII

942-946 MARIN II

946-955 AGAPET II

955-963 JEAN XII

963-964 LEON VIII

964-965 BENOIT V (Antipape)

965-973 JEAN XIII

973-974 BENOIT VI

974 BONIFACE VII (Antipape)

974-983 BENOIT VII

983-985 JEAN XIV

985-996 JEAN XV

996-997 GREGOIRE V

997-998 JEAN XVI (Antipape)

999-1003 SYLVESTRE II

1003-1004 JEAN XVII

1004-1009 JEAN XVIII

1009-1012 SERGE IV

1012-1024 BENOIT VIII

1012 GREGOIRE VI (Antipape)

1024-1032 JEAN XIX

1032-1045 BENOIT IX

1045-1045 SYLVESTRE III

1045-1046 GREGOIRE VI

1046-1047 CLEMENT II

1047-1048 BENOIT IX

1048-1048 DAMASE II

1048-1049 LEON IX

1055-1057 VICTOR II

1057-1058 ETIENNE IX

1058-1060 BENOIT X

1059-1061 NICOLAS II

1061-1073 ALEXANDRE II

1061-1072 HONORIUS II (Antipape)

1073-1086 GREGOIRE VII

1080-1100 CLEMENT III (Antipape)

1086-1088 VICTOR III

1088-1099 URBAIN II

1099-1118 PASCAL II

1100 THEODORIC (Antipape)

1102 ALBERT (Antipape)

1105-1111 SYLVESTRE IV (Antipape)

1118-1119 GELASE II

1105-1111 GREGOIRE VIII (Antipape)

1119-1124 CALIXTE II

1124-1130 HONORIUS II

1124 CELESTIN II (Antipape)

1130-1143 INNOCENT II

1130-1138 ANACLET II (Antipape)

1138 VICTOR IV (Antipape)

1143-1144 CELESTIN II

1144-1145 LUCIUS II

1145-1153 EUGENE III

1153-1154 ANASTASE IV

1154-1159 ADRIEN IV

1159-1181 ALEXANDRE III

1159-1164 VICTOR IV (Antipape)

1164-1168 PASCAL III (Antipape)

1168-1178 CALIXTE II (Antipape)

1179-1180 INNOCENT III (Antipape)

1181-1185 LUCIUS III

1185-1187 URBAIN III

1187-1187 GREGOIRE VIII

1187-1191 CLEMENT III

1191-1198 CELESTIN III

1198-1216 INNOCENT III

1216-1227 HONORIUS III

1227-1241 GREGOIRE IX

1241-1241 CELESTIN IV

1243-1254 INNOCENT IV

1254-1261 ALEXANDRE IV

1261-1265 URBAIN IV

1265-1271 CLEMENT IV

1271-1276 GREGOIRE X

1276-1276 INNOCENT V

1276-1276 ADRIEN V

1276-1277 JEAN XXI

1277-1281 NICOLAS III

1281-1285 MARTIN IV

1285-1288 HONORIUS IV

1288-1294 NICOLAS IV

1294-1294 CELESTIN V

1294-1303 BONIFACE VIII

1303-1305 BENOIT XI

1305-1316 CLEMENT V

1316-1334 JEAN XXII

1328-1330 NICOLAS V (Antipape)

1334-1342 BENOIT XII

1342-1352 CLEMENT VI

1352-1362 INNOCENT VI

1362-1370 URBAIN V

1370-1378 GREGOIRE XI

Pape romains

1378-1389 URBAIN VI

1389-1404 BONIFACE IX

1404-1406 INNOCENT VII

1406-1415 GREGOIRE XII

Papes d'Avignon

1378-1394 CLEMENT VII

1394-1423 BENOIT XIII

Papes de Pise

1409-1410 ALEXANDRE V (Antipape)

1410-1415 JEAN XXIII

1417-1431 MARTIN V

1431-1447 EUGENE IV

1447-1455 NICOLAS V

1455-1458 CALIXTE III

1458-1464 PIE II

1464-1471 PAUL II

1471-1484 SIXTE IV

1484-1492 INNOCENT VIII

1492-1503 ALEXANDRE VI

1503-1503 PIE III

1503-1513 JULES II

1513-1522 LEON X

1522-1523 ADRIEN VI

1523-1534 CLEMENT VII

1534-1549 PAUL III

1550-1555 JULES III

1555-1555 MARCEL II

1555-1559 PAUL IV

1559-1566 PIE IV

1566-1572 PIE V

1572-1585 GREGOIRE XIII

1585-1590 SIXTE-QUINT

1590-1590 URBAIN VII

1590-1591 GREGOIRE XIV

1591-1591 INNOCENT IX

1592-1605 CLEMENT VIII

1605-1605 LEON XI

1605-1621 PAUL V

1621-1623 GREGOIRE XV

1623-1644 URBAIN VIII

1644-1655 INNOCENT X

1655-1667 ALEXANDRE VII

1667-1670 CLEMENT IX

1670-1676 CLEMENT X

1676-1689 INNOCENT XI

1689-1691 ALEXANDRE VIII

1691-1700 INNOCENT XII

1700-1721 CLEMENT XI

1721-1724 INNOCENT XIII

1724-1730 BENOIT XIII

1730-1740 CLEMENT XII

1740-1758 BENOIT XIV

1758-1769 CLEMENT XIII

1769-1775CLEMENT XIV

1775-1800 PIE VI

1800-1823 PIE VII

1823-1829 LEON XII

1829-1831 PIE VIII

1831-1846 GREGOIRE XVI

1846-1878 PIE IX

1878-1903 LEON XIII

1903-1914 PIE X

1914-1922 BENOIT XV

1922-1939 PIE XI

1939-1958 PIE XII

1958-1963 JEAN XXIII

1963-1978 PAUL VI

1978-1978 JEAN-PAUL Ier

1978-2005 JEAN-PAUL II

2005- BENOIT XVI

17:45 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : papes |  Facebook |

15/05/2008

Le Vatican et les extra-terrestres

Le Vatican n'exclut pas l'existence d'extraterrestres...

Croire en Dieu est compatible avec la croyance aux extraterrestres, selon le directeur de l'observatoire du Vatican José Gabriel Funes qui envisage même l'existence d'une planète habitée par des êtres qui n'auraient pas commis le péché originel.

"Comme astronome je continue à croire que Dieu est le créateur de l'univers", explique mardi dans un entretien au journal du Vatican l'Osservatore Romano le père Funes, un prêtre jésuite qui dirige l'observatoire du Vatican à Castel Gandolfo, près de Rome. Cependant, ajoute-t-il, même si "nous n'avons pour l'instant aucune preuve", "on ne peut exclure l'hypothèse" d'autres planètes habitées. "De même qu'il existe une multiplicité de créatures sur terre, il pourrait y avoir d'autres êtres, également intelligents, créés par Dieu", envisage l'astronome du pape. Emporté par son élan, il suggère qu'on parle alors de "notre frère extraterrestre" comme saint François d'Assise parlait de "frère" ou de "soeur" pour toutes les créatures terrestres. Interrogé sur la délicate question théologique posée par le péché originel qui pèse sur l'espèce humaine et par le besoin de rédemption qui en découle, le jésuite avance que "si d'autres êtres intelligents existent, il n'est pas dit qu'ils aient besoin de la rédemption". Peut-être "sont-ils restés dans la pleine amitié avec leur créateur" sans avoir commis le péché originel, explique-t-il. Dans le cas contraire, "l'incarnation" (la venue sur terre du Christ, fils de Dieu et Dieu incarné pour racheter les péchés des hommes) vaut aussi pour eux, estime-t-il encore, car "l'incarnation est un événement totalement unique". (CLA)

10:04 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/05/2008

Pourquoi les Juifs sont-ils le peuple élu?

Pourquoi les Juifs sont-ils le peuple élu  

Il y 4 000 ans, par les voix d'Abraham et de Moïse, le Seigneur propose un pacte inouï au Hébreux : « Tu seras mon peuple, je serai ton Dieu. » Comment comprendre le mystère de cette élection ?























« La question n'est pas : pourquoi eux et pas nous ! avertit Sr Dominique de La Maison neuve, religieuse de Notre-Dame de Sion*. On confond souvent élection et élitisme. Or, ici, il s'agit d'un choix d'amour de la part de Dieu : 'Tu es un peuple consacré au Seigneur ton Dieu : c'est toi qu'il a choisi pour être son peuple particulier', dit le Deutéronome. En contrepartie, la vocation des Juifs est d'annoncer Dieu à l'humanité : s'il y a un salut pour les païens, c'est grâce au peuple d'Israël ! Le peuple élu est donc, au sens propre, exemplaire : à travers lui, Dieu nous montre la manière dont il souhaite parler aux hommes. »

La nouvelle alliance proposée par le Christ annule-t-elle cette élection ?

A la suite du Christ ressuscité, les chrétiens proclament que tout homme est appelé à vivre de l'Evangile, qu'il soit libre ou esclave, juif ou païen. Pour les premiers chrétiens, presque tous d'origine juive, c'est une révolution : plus besoin d'être né d'une mère juive, ni d'être circoncis, pour aimer le Dieu UN (Dt 6, 4). Ce salut offert à tous rend-il caduque la première alliance proposée au peuple juif ? Evidemment non : comme l'écrit avec fermeté saint Paul, les dons de Dieu sont « sans repentance ». L'élection du peuple juif est donc irrévocable. D'autres textes de saint Paul ont pourtant été interprétés, pendant des siècles, dans un sens opposé : selon la théologie dite de la « substitution », les chrétiens seraient devenus le « nouvel Israël », prenant purement et simplement la place du peuple juif. Cette théologie irrecevable a été condamnée depuis par l'Eglise, qui préfère désormais utiliser l'image (paulinienne, elle aussi) de l'olivier : sur le tronc du judaïsme, le christianisme, tel un greffon, a développé ses rameaux.

Les chrétiens ont-ils à « convertir » les juifs ?  

Les Juifs, « peuple déicide », disait encore la liturgie jusqu'au concile Vatican II (1962-1965). Combien de catholiques ont-ils, en toute bonne foi, prié dans leur enfance pour la « conversion » du peuple juif ? Comme si ce dernier persistait dans l'erreur depuis deux mille ans... Mis à part, persécuté, le peuple élu a payé un lourd tribut à cette hostilité séculaire. Or, rappelle Sr Dominique de La Maisonneuve : « Dans l'Evangile, il est certes demandé aux apôtres d'aller 'enseigner les Nations'. Mais Israël, précisément, ne fait pas partie des Nations. Comme si le peuple élu était, d'une certaine manière, un vis-à-vis indispensable pour l'humanité. » En 1965, la déclaration conciliaire Nostra Ætate avait ouvert le chemin, en évoquant le « patrimoine spirituel commun » aux juifs et aux chrétiens. Lorsque Benoît XVI proclame, à la suite du cardinal Lustiger, que « le peuple de Dieu, c'est l'Eglise et le peuple juif », il ne dit pas autre chose : les juifs sont nos « frères aînés » dans la foi. Pour l'Eglise, reconnaître et cultiver ses racines juives n'est donc en rien une question subsidiaire.  

Comment comprendre le rôle d'Israël aujourd'hui ?  

Face aux événements dramatiques qui secouent l'Etat d'Israël depuis sa création il y a soixante ans, on peut être tenté de se dire : « Dieu a-t-il abandonné son peuple ? » Ou même, lorsqu'on songe à la douloureuse cohabitation avec le peuple palestinien : « La terre promise mérite- t-elle qu'on verse autant de sang pour elle ? » Attention, cependant, aux effets d'optique ! Tout d'abord, l'histoire actuelle d'Israël est celle d'un Etat laïc, avec ses choix politiques propres. L'identité juive se vit aussi ailleurs, autrement, notamment en diaspora. Reste qu'entre espoir et larmes, la vocation propre du peuple juif est un signe qui ne laisse personne en repos.  

* Le judaïsme, Ed. de l'Atelier, 174 p. ; 18,50 €

16:04 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/04/2008

CA S'EST PASSE PRES DE CHEZ MOI

 A 15 kms de chez moi!

 

Louise Lateau est une jeune fille apparemment comme les autres mais fît la renommée de notre village dans le monde.

Née le 29 janvier et baptisée le 30 en 1850, sa vie à certains égards fut plus proche de "germinal" que de celle de "Thérèse de l'Enfant Jésus". En effet, elle avait à peine trois mois lorsqu'elle perdit son père forgeron, emporté par la variole le 18 avril 1850, dont elle-même connût longtemps les affres de la maladie et ne fut sauvée que de justesse. 

Louise Lateau   (1850-1883)
Son enfance se passa dans une très grande pauvreté qui était celle de la classe ouvrière à cette époque.

D'instruction, cette jeune fille n'en eut guère, elle ne fréquenta l'école que pendant sept mois et reçu quelques cours de catéchisme. Elle apprit à écrire en observant les autres.

Elle fit sa première communion en 1861.

Elle dut travailler très jeune, pour aider sa maman, en allant d'une place à une autre. 


Toute sa vie, elle se consacra aux pauvres et malades. On l'a vue soigner les cholériques et ensevelir les morts pendant l'épidémie qui sévit dans nos régions en 1866.

Elle organisa un ouvroir et aidée par quelques amies, Louise travaillait à réparer des vêtements destinés aux pauvres.

Elle fit son entrée dans le tiers-ordre de saint François en décembre 1867.

Son existence allait être bouleversée en 1868, Louise avait dix-huit ans, lorsque pour la première fois le sang suinte de ses mains, de son côté et de ses pieds.

Médecins, prélats, spécialistes de théologie, personnalités civiles se présentent à la porte de la maison pour entrevoir et constater ces faits extraordinaires.

De nombreux rapports circonstanciés furent édités mais ne tranchèrent pas le débat, faute de moyens pour l'époque. Le 23 avril 1873, le Pape Léon XIII fit la déclaration suivante :

                 "Le fait de Bois-d'Haine est un fait merveilleux. Vous pouvez
                 dire pour ma part que jamais les médecins n'expliqueront ce
                 fait-là".

Depuis ce jour de 1868, Louise reçut chaque vendredi, à l'exception de quelques uns, les stigmates, passant de longues heures en extase. Bien que ses souffrances physiques et morales n'aient pas altéré sa sérénité, ne se nourrissant que par la communion quotidienne son organisme s'épuisa.

A partir de janvier 1876, il fut impossible à Louise de se rendre à l'église. Elle ne quitta plus sa maison et on lui apportait chaque jour la communion.

Le 5 janvier 1879, elle s'alita jusqu'à sa mort le 25 août 1883 vers 6 heures 30 du matin, à l'âge de 33 ans. Elle est enterrée dans l'ex-cimetière derrière l'église.

Sa cause de canonisation, introduite par l'évêque de Tournai Monseigneur Jean Huard, a été ouverte en août 1991 et espérons qu'il arrivera à terme sous peu.

16:22 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : louise lateau |  Facebook |

11/03/2008

LA BELGIQUE TERRE RELIGIEUSE


Spiritualité

La Belgique terre religieuse

Christian Laporte

Mis en ligne le 11/03/2008

La société belge francophone n'est pas aussi a-religieuse qu'on le pense. Le Baromètre du religieux montre que le christianisme interpelle toujours un francophone sur deux. L'islam perce surtout à Bruxelles.
  • Réagissez
  • Interview d'Olivier Servais, sociologue de l'UCL,à propos du baromètre des religions

Le Baromètre du religieux 2008 porte bien son nom. En effet, alors qu'on aurait pu s'attendre au constat d'un déclin des religions en Belgique, avec une chute radicale du catholicisme, les chiffres rassemblés par le bureau d'études Sonecom à l'initiative de "La Libre Belgique", de "Dimanche", de la RTBF, de Lumen Vitae et de l'UCL s'inscrivent en faux contre cette vision. Mais, bien entendu, si la Belgique reste une terre religieuse, c'est dans le contexte d'un pays occidental à l'aube du XXI e siècle.

Ainsi 43 pc de Belges francophones se disent encore catholiques face à 17 pc d'athées, 10 pc d'agnostiques et 0,8 pc qui se reconnaissent clairement dans la laïcité organisée. Mais la donnée la plus marquante de la deuxième édition du Baromètre du religieux est quand même la présence désormais en communauté française de Belgique de 12 pc de musulmans. Si à Bruxelles, ils représentent un tiers de la population, leur présence est plus relative dans les provinces francophones mais leur position face aux grands enjeux de transmission des valeurs est telle que la donne devrait interpeller les décideurs politiques comme le dit dans notre dossier le sociologue et anthropologue Olivier Servais (UCL) dans une optique plus positive de nécessité de dialogue que, par exemple, celle de Samuel Huntington qui y verrait surtout un choc des civilisations...

Du reste, les données récoltées par Sonecom tendent à montrer que les Belges restent très religieux : 80 pc se disent attachés aux traditions religieuses mais 68 pc se disent croyants. Dont 42 pc de non-pratiquants mais aussi plus d'un quart qui disent encore pratiquer.

Certainement pas tous les dimanches comme jadis : 23 pc des Belges francophones ont assisté à au moins 10 offices religieux ces douze derniers mois et il y a un noyau dur de 8 pc qui a assisté à au moins une cérémonie par semaine. Mais en même temps, un sur trois n'a pas mis les pieds dans une église, un temple ou une synagogue.

Lieu de recueillement

Cela dit, lorsqu'on interpelle les visiteurs de lieux du culte, leurs réponses sont intéressantes : près d'un sur deux y entre pour se recueillir et un tiers pour participer à des célébrations religieuses communes. Un Belge francophone sur sept participe à la vie de la communauté religieuse : 13 pc font des pélerinages et une quantité équivalente est familière de retraites.

La prière ? Elle interpelle un Belge sur deux. De temps en temps ce qui contraste avec un tiers de la population qui ne prie jamais... Il est aussi intéressant d'approcher l'expérience du divin : 64 pc disent l'avoir trouvé dans la nature et à peine moins dans l'amour et dans la prière. Mais pour deux Belges sur cinq, c'est dans l'engagement social.

Et Dieu dans tout ça ? Pour près de 60 pc, son existence est au moins probable. Et 38 pc en sont sûrs. Un tiers est dans le doute ou l'incertitude mais 12,5 pc affirment sa non-existence. La mort ou plutôt ce qui pourrait se passer dans son sillage divise aussi très fort les francophones : près d'un francophone sur quatre estime qu'il n'y a rien mais ils sont quand même 72 pc à estimer qu'il y a quelque chose lorsqu'on passe de l'autre côté du miroir.

Mais au-delà de ce portrait spirituel, le Baromètre est surtout très éclairant sur la manière dont se fait ou devrait se faire la transmission des valeurs religieuses mais aussi laïques. A l'heure de la famille éclatée, l'école est le premier lieu d'éducation religieuse ou philosophique. A l'inverse, à l'autre bout de l'échelle, les médias sont considérés comme n'entrant pas du tout dans l'éducation religieuse ou philosophique par 55 pc des personnes consultées. Selon le Baromètre, ce rôle devrait revenir prioritairement aux parents avant l'école et les grands-parents. Et même avant les communautés religieuses ou philosophiques.

09:41 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/01/2008

PRIEZ POUR ELLES.

img044Priez

pour mon amie, Soeur Marie-Emmanuel(au centre), prieure auprès des Soeurs Apostoliques de Saint Jean, elle a besoin de vous, de vos prières pour son rétablissement.

PRIEZ            PRIEZ             PRIEZ             PRIEZ  

17:43 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : soeur marie-emmanuel |  Facebook |

20/01/2008

UN CORBILLARD!

anciens corbillardsHa les jeunes, regardez bien ce véhicule, il y a encore environ 40 ans, on y attelait un ou deux chevaux et on traversait les rues du village pour conduire un défunt à sa dernière demeure (et pour la petite histoire vu notre pauvreté on suivait le corbillard pour ramasser.........oui, c'est bien celà, pour s'en servir en chauffage ou en engrais. En plus, lors d'un décès on n'avait pas les moyens de se payer des faire-parts et l'entreprise de Pompes Funêbres payait une personne qui allait le dire à tous les habitants du village en frappant à chaque porte. (je dois dire qu'il lui arrivait quelquefois de rentrer "zat" mais enfin, tout le monde était prévenu le même jour.

17:15 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : corbillard |  Facebook |