23/05/2008

Si comme moi vous êtes diabétique!

publié le 21/05/2008

Diabète : réapprenez à bien manger

Quelque 2,5 millions de Français souffrent d'un diabète de type 2, dit diabète sucré. Une affection qui s'explique par des prédispositions génétiques, mais qui est aussi liée au surpoids. D'où l'importance, pour les patients, de reprendre en main leur alimentation. Un diabétologue et une diététicienne vous donnent leurs conseils pour vous concocter des menus équilibrés.




Mangez équilibré  

La personne qui souffre du diabète doit intégrer, dans chaque repas, les sept classes d'aliments : protéines (viande, œufs ou poisson) ; légumes ; pain et/ou féculents ; fruits ; produits laitiers ; matières grasses et eau. Un excellent « régime » qui peut s'appliquer à toute la famille ! Ensuite, à chacun d'adapter les quantités de nourriture en fonction de ses propres besoins, qui varient selon l'âge, l'activité et la nécessité ou non de perdre du poids.  

Limitez les quantités de graisses    

Un impératif lorsqu'il s'agit de perdre du poids. L'astuce pour y parvenir ? Eviter d'associer charcuterie et fromage dans le même menu. Ce sera saucisson et yaourt à midi ; jambon et fromage le soir. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que le chocolat et les gâteaux contiennent surtout des graisses.

Contrôlez vos glucides  

Les glucides, ce sont les sucres (produits sucrés, féculents, pain, fruits) que le pancréas du diabétique a du mal à assimiler. Attention, il ne s'agit pas d'éliminer les glucides, mais de les répartir sur tous les repas. La notion de sucres rapides et de sucres lents a été revue et remplacée par la notion « d'index glycémique » qui tient compte de l'effet des aliments sur le taux de sucre dans le sang (la glycémie). Sont hyperglycémiants, le sucre, mais aussi le pain et la semoule. Sont peu hyperglycémiants, les lentilles, les haricots blancs et les fruits (sauf les jus).

Les quantités absorbées doivent tenir compte de la teneur en glucides qui peut varier du simple au double dans une même classe d'aliments. Ainsi, les fraises ne contiennent que 7 % de sucre alors que les cerises et le raisin vont jusqu'à 20 %. Les pommes de terre occupent une place intermédiaire. Pour les pâtes et le riz, l'effet hyperglycémiant dépend du degré de cuisson. Les sodas et les jus de fruits contiennent des sucres très rapides, aussi vaut-il mieux limiter leur consommation.

Enfin, il faut se méfier des aliments vendus sous l'étiquette « sans sucre ajouté » ; cela veut dire que si l'on n'a pas utilisé de saccharose (le sucre), on a pu y mettre d'autres glucides. Attention également aux pièges tendus par le marketing : sans sucre (au singulier) ne signifie pas sans sucres (au pluriel). De même, la mention « allégé en sucre » signifie qu'on a supprimé 25 % de saccharose par rapport à une recette de référence, mais le produit n'en devient pas pour autant peu sucré ou hypocalorique.

Pas d'aliments interdits  

Cela ne se sait pas toujours, mais le diabétique a le droit de se faire plaisir avec des desserts bien choisis : flans, crêpes, clafoutis, charlottes... « L'objectif est d'apprendre à être futé », précise la diététicienne Brigitte Cabrol. Pour rééquilibrer ses apports sans subir de fringales et maigrir en douceur, la personne diabétique a tout intérêt à s'adresser à un spécialiste de la nutrition. Les contraintes alimentaires qui s'imposent au diabétique, qu'il ne s'agit pas de nier, seront d'autant plus faciles à vivre que le patient est aidé par un professionnel.

Faites de l'exercice  

« Arrêtons de casser les pieds aux diabétiques avec les régimes amaigrissants, clame le Pr André Grimaldi. Pour le diabétique de type 2, c'est l'absence de grignotages entre les repas et l'activité physique qui sont primordiaux. » A côté de la pratique régulière d'un sport, on peut aussi avoir une activité physique en montant les escaliers, en marchant, en faisant son ménage...

L'exercice quotidien permet au diabétique de dépenser le glucose en excès qui est alors directement consommé par le muscle. Le sport permet ainsi de contrer naturellement l'hyperglycémie qui provoque les maladies cardiovasculaires et toutes les complications graves du diabète.  

« L'exercice, c'est aussi l'arme secrète du diabétique qui sait qu'il va aller au restaurant le soir », ajoute Brigitte Cabrol. Sur place, il essayera de composer son menu en suivant les principes édictés plus haut. Mais il a aussi intérêt à faire de l'exercice avant d'aller au restaurant, car le muscle continue à puiser du sucre dans le sang pendant plusieurs heures. Alors un bon effort d'au moins trente minutes, voire d'une heure, et vous profiterez de bon cœur du repas de fête des Mères !

* D'après l'Association française des diabétiques (AFD) qui prend en compte tous les patients suivis pour diabète - et pas seulement ceux qui prennent des médicaments -, 2,8 millions de Français sont diabétiques. Dans 90 % des cas, il s'agit d'un diabète de type 2. Ces patients ont 64,7 ans de moyenne d'âge. On compte environ 5 % de diabétiques de type 2 supplémentaires chaque année.

Ne prenez ce texte comme information, un diabétique n'est pas le même qu'un autre, certains ont facile de s'adapter d'autres pas, pour ma part avec une docteresse et une diabétologue ont ne peu plus gentille, la transition se fît douceur.

09:40 Écrit par Le P dans social | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.