11/05/2008

Pourquoi les Juifs sont-ils le peuple élu?

Pourquoi les Juifs sont-ils le peuple élu  

Il y 4 000 ans, par les voix d'Abraham et de Moïse, le Seigneur propose un pacte inouï au Hébreux : « Tu seras mon peuple, je serai ton Dieu. » Comment comprendre le mystère de cette élection ?























« La question n'est pas : pourquoi eux et pas nous ! avertit Sr Dominique de La Maison neuve, religieuse de Notre-Dame de Sion*. On confond souvent élection et élitisme. Or, ici, il s'agit d'un choix d'amour de la part de Dieu : 'Tu es un peuple consacré au Seigneur ton Dieu : c'est toi qu'il a choisi pour être son peuple particulier', dit le Deutéronome. En contrepartie, la vocation des Juifs est d'annoncer Dieu à l'humanité : s'il y a un salut pour les païens, c'est grâce au peuple d'Israël ! Le peuple élu est donc, au sens propre, exemplaire : à travers lui, Dieu nous montre la manière dont il souhaite parler aux hommes. »

La nouvelle alliance proposée par le Christ annule-t-elle cette élection ?

A la suite du Christ ressuscité, les chrétiens proclament que tout homme est appelé à vivre de l'Evangile, qu'il soit libre ou esclave, juif ou païen. Pour les premiers chrétiens, presque tous d'origine juive, c'est une révolution : plus besoin d'être né d'une mère juive, ni d'être circoncis, pour aimer le Dieu UN (Dt 6, 4). Ce salut offert à tous rend-il caduque la première alliance proposée au peuple juif ? Evidemment non : comme l'écrit avec fermeté saint Paul, les dons de Dieu sont « sans repentance ». L'élection du peuple juif est donc irrévocable. D'autres textes de saint Paul ont pourtant été interprétés, pendant des siècles, dans un sens opposé : selon la théologie dite de la « substitution », les chrétiens seraient devenus le « nouvel Israël », prenant purement et simplement la place du peuple juif. Cette théologie irrecevable a été condamnée depuis par l'Eglise, qui préfère désormais utiliser l'image (paulinienne, elle aussi) de l'olivier : sur le tronc du judaïsme, le christianisme, tel un greffon, a développé ses rameaux.

Les chrétiens ont-ils à « convertir » les juifs ?  

Les Juifs, « peuple déicide », disait encore la liturgie jusqu'au concile Vatican II (1962-1965). Combien de catholiques ont-ils, en toute bonne foi, prié dans leur enfance pour la « conversion » du peuple juif ? Comme si ce dernier persistait dans l'erreur depuis deux mille ans... Mis à part, persécuté, le peuple élu a payé un lourd tribut à cette hostilité séculaire. Or, rappelle Sr Dominique de La Maisonneuve : « Dans l'Evangile, il est certes demandé aux apôtres d'aller 'enseigner les Nations'. Mais Israël, précisément, ne fait pas partie des Nations. Comme si le peuple élu était, d'une certaine manière, un vis-à-vis indispensable pour l'humanité. » En 1965, la déclaration conciliaire Nostra Ætate avait ouvert le chemin, en évoquant le « patrimoine spirituel commun » aux juifs et aux chrétiens. Lorsque Benoît XVI proclame, à la suite du cardinal Lustiger, que « le peuple de Dieu, c'est l'Eglise et le peuple juif », il ne dit pas autre chose : les juifs sont nos « frères aînés » dans la foi. Pour l'Eglise, reconnaître et cultiver ses racines juives n'est donc en rien une question subsidiaire.  

Comment comprendre le rôle d'Israël aujourd'hui ?  

Face aux événements dramatiques qui secouent l'Etat d'Israël depuis sa création il y a soixante ans, on peut être tenté de se dire : « Dieu a-t-il abandonné son peuple ? » Ou même, lorsqu'on songe à la douloureuse cohabitation avec le peuple palestinien : « La terre promise mérite- t-elle qu'on verse autant de sang pour elle ? » Attention, cependant, aux effets d'optique ! Tout d'abord, l'histoire actuelle d'Israël est celle d'un Etat laïc, avec ses choix politiques propres. L'identité juive se vit aussi ailleurs, autrement, notamment en diaspora. Reste qu'entre espoir et larmes, la vocation propre du peuple juif est un signe qui ne laisse personne en repos.  

* Le judaïsme, Ed. de l'Atelier, 174 p. ; 18,50 €

16:04 Écrit par Le P dans Religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.